Le système énergétique communautaire de Zibi

Le projet Zibi, la ville riveraine dans la région de la capitale nationale, transformera 34 acres de terres industrielles contaminées situées aux abords de la rivière des Outaouais pour y aménager la toute première communauté carboneutre de la région. 

Le FMV est encore une fois au premier plan pour aider à créer des solutions climatiques intelligentes centrées sur la réduction des émissions, l'amélioration de l'efficacité énergétique et la construction d'infrastructures plus durables.  

Le FMV a investi 23 millions de dollars dans le système énergétique communautaire Zibi. La Ville d'Ottawa adopte une approche unique et reproductible dans ce projet de récupération d'énergie post-industrielle pour le chauffage et la climatisation en soutenant un partenariat entre Hydro Ottawa et le promoteur privé de Zibi. Le projet adhère aux 10 principes du cadre international One Planet Living élaboré par Bioregional, de l'élimination des sources d'énergie émettrices de GES à la promotion de l'équité sociale. L'objectif de Zibi est de devenir la toute première communauté One Planet Living au Canada. 

Le système énergétique communautaire tirera parti de la chaleur résiduaire industrielle, des eaux fraîches de la rivière et de l’hydro-électricité produite localement pour éliminer les émissions de GES associées au chauffage et à la climatisation des bâtiments. Le système repose sur la récupération d’énergie provenant des effluents de l’usine de papiers Kruger pour le chauffage et sur l’échange thermique naturel que procurent les eaux fraîches de la rivière des Outaouais pour la climatisation. Les bâtiments situés sur les rives ontarienne et québécoise de la rivière seront desservis par une centrale thermique centralisée, créant ainsi un réseau énergétique communautaire d'une capacité de 16 mégawatts de chauffage sans carbone et de 6 000 tonnes de réfrigération sans carbone. Il s’agira du premier système énergétique communautaire en Amérique du Nord à utiliser la récupération de chaleur à partir d’effluents post-industriels dans une communauté avec un plan directeur. 

Les résidents de Zibi bénéficieront d’un nombre réduit de pannes et de coûts énergétiques moindres que ceux d'un réseau énergétique traditionnel, car le fonctionnement et l'entretien du système sont moins coûteux. Une technologie de pointe permettra aux résidents de contrôler les températures dans les bâtiments connectés au réseau énergétique communautaire par le biais d'une application mobile. 

En plus des nombreux espaces axés sur la communauté, le projet Zibi proposera des connexions harmonieuses avec de nombreuses options de transport. Les piétons seront tentés par ses chemins de promenade qui sillonnent des secteurs culturels dynamiques, tandis que les cyclistes profiteront de pistes cyclables sécuritaires et pratiques. Sa proximité avec le système de train léger d’Ottawa encouragera l’utilisation des transports collectifs. Enfin, des sites de covoiturage et des bornes de recharge pour véhicules électriques favoriseront les pratiques de conduite durables. 

Le projet d’aménagement Zibi, avec son système énergétique communautaire, nous fournit un aperçu d'un avenir énergétique et économique à faibles émissions. Il s'agit d'un exemple probant de la façon dont l'action locale et les partenariats entre municipalités et promoteurs pourraient être élargis pour provoquer de grands changements.   

Résultats (une fois complètement aménagé) 

  • Aucune émission de CO2 (1 010 tonnes d’eCO2/an sous les niveaux de référence
  • Réduction de la consommation énergétique de 27 576 GJ sous le niveau de référence (61,5 %) 
  • Réduction de la consommation d’eau de 8 000 m3/an attribuable à la conception en boucle fermée du SEC, qui n’exige pas l’utilisation de tours de refroidissement décentralisées 
  • Récupération d’une superficie utile de 4 hectares de terres contaminées 
  • Réduction de la température des eaux évacuées dans la rivière des Outaouais en hiver de 20 °C à 6 °C, éliminant ainsi une poche d’eau convenable aux espèces envahissantes en période hivernale